À propos

Biographie

Marguerite Le Bouteiller - portrait

Marguerite Le Bouteiller est une artiste française, vivant et travaillant à Grenoble.

Née en 1987 à la Martinique, elle y passe toute son enfance et y développe une grande attirance pour la flore luxuriante et la faune foisonnante des Antilles, aussi bien sur terre que sous la mer. C’est là que Marguerite commence à remplir sa palette intérieur : bleus de la mer, verts des feuillages et rose, orange, jaune des fleurs et des tissus madras ! Et puis le brun du café, le brun du souvenir…

À 12 ans, elle part vivre avec sa famille en Côte d’Ivoire. Entre 1999 et 2003, ces années ivoiriennes sont troublées d’événements politiques violents. Ce début de l’adolescence sera marqué par la complexité de l’homme qui dans la difficulté peut se montrer capable de la plus belle fraternité envers son compagnon d’infortune comme de la pire haine envers celui qui lui est, pour diverses raisons, étranger. Apparaît alors le rouge : celui de la terre et celui du sang. Et du vert encore : celui de l’espérance.

Quittant le pays un peu précipitamment, Marguerite atterrit à Paris en plein hiver. Il fait froid. L’intégration à ce nouveau monde anxieux, clos et pressé est difficile. Là, elle découvre une nouvelle couleur. Dans la rue comme dans le cœur des gens, tout semble gris. Il lui faudra du temps pour parvenir à déceler les multiples nuances des gris colorés.

Vinrent d’autres villes, d’autres rencontres et d’autres voyages, avec leurs déconvenues et leurs émerveillements. De tout cela, Marguerite gardera précieusement mille et une couleurs, offertes par la richesse de la diversité culturelle.

Pour l’enfant silencieuse qui observe comme pour l’adolescente sensible qui absorbe tout ce qui se vit autour d’elle, le dessin, que ce soit par la pratique personnelle ou dans divers ateliers d’art, n’aura de cesse d’être un compagnon de route, un moyen d’expression de toutes les émotions ressenties et, bien souvent, la possibilité de s’évader quelques temps, juste ce qu’il faut pour ne pas se laisser submerger par l’intensité de la vie.

Des études scientifiques (prépa et école d’ingénieur) nourrissent son goût du défi et de la curiosité pour le fonctionnement du monde. Insatisfaite des débouchées et poussée par le désir de mettre son intelligence au service du bien commun, elle choisit un master en politiques publiques où elle se passionne pour le devenir des bidonvilles et de leurs habitants.

Naissance - illustration

En devenant épouse puis maman, Marguerite découvre le bonheur de se donner autrement, pour ceux qu’elle aime et qui lui sont le plus proche. Et c’est à ce moment que le désir de créer refait surface. Une jubilation intérieure à l’idée d’imaginer et de raconter en images et un appel profond à partager les réflexions qui l’habitent guident désormais son cheminement professionnel. Elle réalise alors pour des particuliers des tableaux personnalisés et travaille comme illustratrice indépendante pour l’édition jeunesse et la presse.

Ses influences sont variées : la douceur et la grâce des visages peints par Boticelli, Gainsborough, Vigée Le Brun, Renoir ou Morisot, la nature grandiose mise en valeur par Friedrich ou Turner, la juxtaposition des couleurs des impressionnistes, les couleurs vives de Van Gogh et Cézanne, les délicats décors floraux de Klimt ou Mucha et les instants suspendus d’Edward Hopper.

Sensible à témoigner de la beauté de notre monde, elle aime particulièrement utiliser des techniques puisées dans la nature. Ainsi, ses œuvres se caractérisent par les teintes brunes du café ou du brou de noix rappelant les photos jaunies que l’on ressort avec émotion des greniers. Ces bruns sont teintés de touches de couleurs à l’encre végétale, à l’aquarelle et aux crayons.

Ses sujets de prédilection sont les animaux ainsi que les fleurs et les feuilles en tout genre.

L’univers qui en résulte est sauvage et poétique, empreint de la nostalgie d’un monde qui se perd et de l’espérance en un monde à inventer, plus humain (au sens du souci de chaque homme) et plus écologique (au sens du souci de notre Terre).

Démarche artistique

Influencée par les paysages grandioses de Friedrich, les couleurs vibrantes et libres des impressionnistes et les étranges espaces latents de Hopper, Marguerite interroge notre rapport au monde et la place de l’homme dans la nature.

Elle réalise des illustrations aux techniques mixtes sur papier aquarelle. Les tons bruns du café ou du brou de noix donnent aux œuvres une atmosphère rétro, empreinte d’une certaine nostalgie. Les encres végétales et les crayons animent de touches colorées des scènes sauvages où la nature, luxuriante, est omniprésente. Les postures immobiles des personnages donnent l’illusion de capturer un instant suspendu, comme hors du temps. Animaux ou êtres humains fixent souvent le spectateur des yeux, le prenant à témoin. L’artiste aime jouer avec les contrastes de fragilité et de force, d’éphémère et d’immuable : un équilibre instable, pouvant basculer d’un instant à l’autre.

La poésie pousse à l’émerveillement, la tension au vertige, la douceur à l’espérance… Reste le mystère et ce sentiment que quelque chose nous dépasse.