Le vaironet

Je vous avais proposé dans un précédent article une galerie de portraits pour solliciter votre imagination. Voici un texte qui a été inspiré de l’un de ces dessins :

Le Vaironet solitaireBorgne-comp

Le Vaironet, c’est comme çà qu’on m’appelle… Rapport à mon œil droit qui n’a pas voulu prendre la couleur de mon œil gauche, ou vice versa;
« original » ou  « étrange », je l’entends ou je le lis dans les regards que je croise.

Pas de parents, pas de famille, pas d’amis, ou plutôt si…un.

Depuis deux mois, je passe tous les jours sur le même sentier; je tire un quignon de pain de ma poche et m’assieds contre le plus grand arbre;
Levant la tête, je le vois, je l’observe : rapide comme un popcorn sous la chaleur, il zigzague, s’approche, s’éloigne, il va et vient chaque jour plus loin chaque jour plus près;

Un soir, il joue autour de moi, il me surveille du coin de l’œil, frétille, hésite une seconde, bondit comme la trotteuse de ma montre, je ne dis rien, il ne dit rien.
Contraste flagrant entre ma corpulence immobile et cette chose miniature montée sur ressorts !

Tiens, aujourd’hui, je suis une partie de l’arbre, il sautille autour, passe sur mes « branches »,
je ne suis pas seul !

Un jour, adossé à l’arbre, je m’assoupis… Quelques feuilles tombées plus tard,  j’ouvre un œil (le bleu) puis l’autre (le marron) : ils tombent sur une petite masse blottie dans le coin de mon blouson,

C’est lui, l’écureuil, mon ami !

Catcha

2 Comments

Très beau comte j’aime beaucoup tes dessins je t’embrasse très fort à très bientôt Patricia

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :